Qui suis-je ?

Je me définirais avant tout comme une “gourmette” qui a toujours eu une conviction : oui, l’alimentation joue un rôle important dans la santé et l’équilibre du corps et de l’esprit.

Mes grands parents et mes parents m’ont enseigné très tôt comment choisir des bons produits et comment les accommoder simplement pour souligner leur vraie saveur. Ils appartenaient à une époque où le temps passé à cuisiner était respecté : on prenait le temps nécessaire à la confection du repas dont on savait qu’il régénérait le corps.

_26B8384-10Depuis l’adolescence, je m’intéresse à la nutrition, à la nutriprévention, à la diététique, à l’aromathérapie… J’avale tous les écrits qui me passent sous les yeux et je n’aurai d’ailleurs jamais fini. J’ai suivi des cours de cuisine ici et là, écouté les conseils des uns et des autres, mis en pratique ceux qui me paraissaient judicieux et de bon sens.

J’ai été souvent heurtée et découragée par les modes et les diktats en matière de nutrition qui condamnent les recommandations de la veille pour affirmer haut et fort de nouvelles règles.

Mais qui écouter, qui croire dans cet imbroglio de messages qui sont souvent formulés de manière à susciter notre peur ? Pour trouver une piste de réponse, je me pose la question de savoir qui se cache derrière ces messages ? Ici, un fabriquant de complément alimentaire, là, un puissant lobby de la filière agro-alimentaire, là encore un gourou qui vend sa méthode “infaillible” qui a peut-être fonctionné pour lui mais qui soigne surtout son porte-monnaie.

Ma tactique dans ce concert de conseils les plus contradictoires a toujours été de conserver les pieds sur terre, d’écouter mon instinct et de m’inspirer des modes alimentaires qui ont fait leur preuve depuis des centaines d’années : la cuisine chinoise, le régime Crétois et plus près de nous, les sages conseils du docteur Kousmine… Aujourd’hui, Taty Lauwers, par son approche pragmatique et ouverte, son esprit critique, sa façon d’anéantir nos fausses croyances, mais aussi ses conseils emplis de bon sens, éclaire joyeusement mon cheminement.

_26B7382-2En parallèle, je n’ai cessé de cuisiner, de composer, de tester des associations nouvelles et de miser, je ne le rappellerai jamais assez, sur des produits de qualité. Pendant 20 ans alors que je travaillais comme juriste dans un ministère à Paris puis 8 ans dans une organisation internationale, je prenais le soir le temps de concocter un repas simple et équilibré avec toujours une touche originale qui mette en appétit. Une demie heure me suffisait et je m’y consacrais avec plaisir car j’ai toujours considéré la cuisine comme un instant de détente et de créativité. Puis de hasards en opportunités m’est venue l’idée de créer mi 2010 un blog culinaire dans lequel je propose des recettes faciles, rapides, variées et créatives. Mon engagement est de montrer que l’on peut faire une cuisine saine et savoureuse qui soit aussi créative et à la portée du budget d’une famille “moyenne”.

Au fil de mon cheminement et des effets sur la santé et la vitalité des miens, voilà à ce jour, l’état de mes convictions en matière de cuisine saine :

  • la gourmandise, le plaisir, les goûts et les saveurs doivent être privilégiés. La cuisine saine repose avant tout sur des produits de qualité qui associés judicieusement révèlent le meilleur d’eux-même. A partir du moment où les ingrédients sont choisis sur la base de leur qualité d’origine et nutritionnelle, il n’y a pas de raison, hormis pépins de santé majeurs, de rentrer dans des schémas de peur et de stress : d’exclusion, d’éviction, d’interdiction et encore moins de calcul de calories… A bas les calculettes, concentrons nous sur le plaisir des 5 sens qu’offre la bonne cuisine ! M’enfin, place au bon sens (encore et toujours ;-)), au plaisir et aux saveurs !
  • il n’existe pas de prêt-à-porter en matière d’alimentation saine. Chacun a son propre métabolisme qui évolue d’ailleurs en fonction de l’âge, chacun ayant son propre profil alimentaire. Certains ont besoin de protéines animales pour se recharger, d’autres se ressourcent avec une alimentation exclusivement végétarienne, d’autres s’équilibrent en piochant dans les sources animales et végétales. Là encore pas de diktat mais place à l’écoute de soi, de ses besoins profonds et de ses ressentis personnels. La nutrition n’est pas une science mais un art. Il appartient à chacun d’ajuster sa façon de cuisiner et de se nourrir à ses propres besoins.
  • nous devenons véritablement ce que nous ingurgitons. Libre à nous d’en prendre conscience et de considérer l’art de se nourrir comme fondamental. Bien trop fréquemment, je constate tristement que bien des personnes ne le réalisent qu’après avoir surmonté une maladie dite “grave” ou en voulant aider un proche luttant contre la maladie.
  • je crois en la technique “des petits pas”. On ne peut révolutionner sa façon de s’alimenter et de cuisiner en un seul jour. La transition doit se faire par petites touches toujours acceptées en pleine conscience et en ressentant les bienfaits tant au plan gustatif que sur le bien-être général.
  • Si vous souhaitez que je vous aide dans ce cheminement riche en saveurs, participez à l’un de mes cours ou demandez-moi des conseils personnalisés !

    Avenue de Messidor
    1180 Bruxelles

    [email protected]
    +32 497152919

    Retrouvez-moi sur ces réseaux sociaux :